mercredi 9 janvier 2013

Une bonne idée marketing mais un encadrement légal défaillant

Une marque de pâtes à mâcher a lancé un jeu-concours sur le thème "mâchez plus pour gagner plus". Pour résumer, des coupons gagnants ont été placés dans certains emballages et, mathématiquement, les plus gros acheteurs / consommateurs ont plus de chance de remporter un lot (plus de détails ici).
Cette mécanique semble avoir remporté un vif succès, tout au moins en termes de gain de fans sur facebook; peut être même avec un effet notable sur les ventes.

Quel dommage que le règlement de ce jeu comporte de notables irrégularités qui viennent mettre à mal la licéité de l'opération.

Le jeu est notamment présenté comme gratuit et sans obligation d'achat. Or nulle part dans le règlement n'est évoqué le remboursement des chewing-gums achetés pour participer. Il y a bien une phrase semblant instaurer un canal gratuit mais en totale incohérence avec la mécanique du jeu. A quoi sert d'envoyer ses coordonnées à l'organisateur sur papier libre puisqu'il n'y a pas de tirage au sort et que, pour avoir une chance de gagner, il faut acheter un produit !?
Cette erreur est d'autant plus surprenante que la loi du 17/05/2011 autorise dorénavant de conditionner la participation à un jeu à un achat préalable de bien ou de service. Pour les marques et commerçants cette opportunité ouvre clairement de nouvelles perspectives en supprimant la nécessité de recourir exclusivement à des jeux gratuits et sans obligation d'achat. Cette possibilité paraît tout à fait adaptée à ce cas de figure.

De même il est important d'accorder toute l'attention nécessaire à la concordance des dates. Les participants qui jouent le dernier jour de l'opération doivent bénéficier des mêmes droits que les autres, droits rendus obligatoires par la législation en vigueur pour les jeux gratuits et sans obligation d'achat. Le remboursement des frais de connexion à internet pour participer ou consulter le règlement doit, par exemple, pouvoir être demandé jusqu'au bout du jeu. Et non "avant" le dernier jour.

Carences lors des relectures du règlement ? Absence de conseil ? Recommandations non suivies ? Erreurs de jugement ? Quoi qu'il en soit ces erreurs mettent en lumière un dysfonctionnement qui aurait pu être évité avec quelques conseils avisés.

Pour l'organisation de vos jeux et concours n'hésitez pas à prendre conseil, contactez nous.